Réservez votre expérience unique au Calendal
au meilleur tarif garanti

Chambre 47

Thème : Arles et l’Architecture​​

« Le Pont de Fourques »

pour cette commande photographique, il m’est évidemment venu en tête les majestueuses Arènes d’Arles, son Théâtre Antique, ou encore la place de la République, l’espace Van Gogh, le Musée Départemental Arles Antique, surnommé le musée bleu, … En effet, la liste du patrimoine architectural arlésien remarquable semble s’étirer vers l’infini et fait l’objet de plusieurs parcours touristiques thématiques. Ces monuments-emblèmes de la ville sont photographiés des centaines de fois par jour. Il me semblait plus judicieux de m’intéresser à un élément architectural connu des seuls arlésiens, fourquesiens promeneurs et randonneurs sur le chemin de Compostelle. Je me suis intéressé à un pont.
Arles compte assez peu de ponts : l’un très touristique : le pont Van Gogh, célèbre par la peinture du dit Van Gogh, le pont de Trinquetaille : « le seul » pont pour rallier les deux côtés d’Arles, et puis le pont de la nationale 113, qui sachez-le en son sein cache une piste cyclable et un passage secret des seuls initiés. On en oublierait presque également le pont aux lions, enfin ce qu’il en reste et que les arlésiens rêveraient de voir reconstruit. Bombardé pendant la seconde Guerre Mondiale, il menait à la gare d’Arles. Aujourd’hui seules ses piles ornées de l’emblème de la ville se font face et les lions se tournent le dos. Oui mais voilà, le pont représenté dans cette chambre n’est aucun des quatre. Et pour cause, ce pont est situé sur le seuil de la ville d’Arles, que dis-je du département des Bouches-du-Rhône, mieux encore, il marque la frontière entre deux univers : l’Occitanie et la région Provence-Alpes-côte d’Azur.
Il relie Fourques à Arles, en enjambant le petit Rhône, pas si petit que ça. Sous les ombrages des feuilles d’arbres, baigné par le soleil provençal, la photographie de ce pont suspendu datant de 1830 est un appel à la promenade le long du Rhône, à la découverte d’Arles qu’il vous faudra traverser pour le découvrir, et pourquoi pas l’occasion d’une nouvelle thématique, celle de découvrir la ville par ses ponts.

Florian Maurer​

Artiste

Florian Maurer est né en 1990 à Paris. D’abord intéressé par les métiers du journalisme, et plus particulièrement par le photo-journalisme il se forme aux pratiques de la photographie au lycée Auguste Renoir à Paris dont il est diplômé d’un BTS photographie en 2011. Il préfère alors se diriger vers la pratique artistique du médium, en suivant les formations de la Licence Arts plastiques Photographie de Paris VIII, puis de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie à Arles.
Sa pratique photographique s’articule autour des questions géographiques et historiques, en travaillant sur le paysage et l’urbanisme des pays qu’il traverse. De “La Guerre n’a pas eu lieu” réalisée en Albanie, à son mémoire de Master II où il s’intéresse à une photographie artistique en ex-République Démocratique Allemande (R.D.A.),Florian Maurer développe un travail de réflexion sur les rapports entre l’environnement et le territoire, en lien avec l’histoire et la géographie.

TOUTES LES ŒUVRES DE CALENDAL FOCUS